Actualités

Une mannequin amputé à cause d’un tampon

lauren-wasser-1
Written by Johanna E

Une mannequin amputée met en garde contre les dangers des tampons

Après avoir eu un choc toxique à cause d’un tampon hygiénique, la mannequin Lauren Wasser s’est faite amputer de sa jambe droite. Aujourd’hui, elle se bat pour sensibiliser les filles sur le danger potentiel que représentent les protections hygiénique.

Octobre 2012, Lauren va mal. Elle a ses menstruations. Elle met un tampon de marque Kotex, qu’elle change deux fois par jour. Le soir, elle va à une soirée, qu’elle quitte rapidement pour rentrer à la maison. Les premières douleurs apparaissent à ce moment là. Le lendemain, elle se retrouve à l’hôpital. « Ses organes internes ont commencer à cesser de fonctionner correctement. Elle avait eu un début de crise cardiaque. Les médecins n’ont pas réussi à la réanimer, et personne ne sait exactement ce qu’elle a », explique le site Vice. Un médecin demande si elle a porté un tampon et l’envoie pour des analyses. Résultat : La mannequin a été victime du Syndrome du choc toxique (SCT), qui est mortel dans certains cas.

Ce choc est causé par les toxines libérées par une bactérie, le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). L’infection est liée à l’utilisation de protections hygiénique fabriqués avec des fibres synthétiques. Sur le site de Tampax, la recommandation est écrite en toutes lettres : « Vous pouvez essentiellement éliminer le risque de SCT lié aux menstruations en évitant les tampons. »

« C’est marqué sur la notice »

La mannequin ne savait pas se qui se passe. Alors qu’elle est toujours sur le lit de l’hôpital. Elle est plongée dans un coma artificiel. On lui place des tubes pour éliminer les toxines produites par le staphylocoque. Mais l’infection s’est transmuté en gangrène. Malheureusement, Lauren sera amputée de sa jambe droite. Sa mère ouvre une procédure judiciaire contre la société qui fabrique les tampons Kotex. Mais cette société dit avoir mis en avant les risques sur la notice.

Lauren a décidé dans ce cas de se battre avec la députée américaine Carolyn Maloney, afin de mettre en garde les gens contre les dangers des tampons.

About the author

Johanna E

Johanna Ericsson, Journaliste Mode et Beauté.
Je travaille en Freelance pour différents médias anglo-saxons et j'anime depuis février 2015 le blog de Fashion Mood.